vendredi 30 avril 2010

Zénon Nantel et Georgette Nantel

Recherche par Richard Bégin


Zénon Nantel, fils de Pierre Nantel et Léocadie Dauphin, est né le 28 mai 1898 à Ste-Monique (Deux-Montagnes). Il est décédé le 19 janvier 1987 à St-Jérôme.

Georgette Nantel, fille d’Ernest Nantel et Marie-Louise Labelle, est née le 1er décembre 1907 à Labelle (La Nativité). Elle est décédée le 16 décembre 1952 à St-Jérôme.

Ils se sont mariés le 29 juin 1929 à l’église St-Bernard de Montréal. Ils ont eu les 12 enfants suivants : Jean-Marc, Bernard (décès à 10 mois), Richard, Pierrette, Robert, Pierre, Aline, Élise, Denis (décès à 4 mois), Denise, Marie-Paule et Georges.

Zénon Nantel, agent de transport, de St-Marc de Montréal, était veuf d’Adélaïde Huot. Il avait en effet épousé en première noce, le 7 septembre 1927, dans la paroisse St-Enfant-Jésus de Miles-End, Montréal, Adélaïde Huot, fille de Joseph Huot et Émilia Dauphin.

Il a épousé en troisièmes noces, le 24 juin 1961, à St-Jérôme, Irène Alarie, fille de Eugène Alarie et Virginie Boisvert.

Zénon Nantel n’a pas connu sa mère. Il n’avait pas un (1) mois en âge lorsque sa mère Léocadie Dauphin décéda le 23 juin 1898. En 1901, on le retrouve avec son père et sa nouvelle épouse Octavie Papineau mais il aurait été adopté quelques années après par Jovite Limoges et Marie-Médule Papineau, de proches voisins dans le rang St-Dominique à Ste-Monique, comté de Deux-Montagnes. Cette dernière était la sœur de sa belle-mère, Octavie Papineau, deuxième épouse de son père Pierre Nantel, remarié le 9 janvier 1900.

En 1932, Zénon Nantel est conducteur de camion à Montréal. En 1934, il est peintre. En 1935, il est commis de livraison. En 1936, il est camionneur. C’est au printemps 1938 qu’il arrive avec sa petite famille à Ste-Germaine-Boulé en Abitibi. Établi sur le lot 34 du rang 1, canton Palmarolle, Zénon y est cultivateur mais tient également un petit dépanneur. Au moins deux enfants naîtront à Ste-Germaine: Élise en 1940 et Denis en 1941. En septembre 1942, il vend ses terre et maison à Augustin Lachance et va s’établir dans la région de St-Jérôme.

En début d'année 2011, sont issus de leurs enfants: 27 petits-enfants et 46 arrière-petits-enfants.

Si possible, renumériser cette photo en meilleure résolution.

Pour des ajouts ou corrections, envoyez un courriel à Richard à l'adresse: shgsgb@gmail.com

jeudi 15 avril 2010

Arthur Racine et Léontine Labbé

Recherche: Richard Bégin

Arthur Racine, fils de Paul Racine, maçon, et Octavie Fortier, est né le 14 novembre 1867 à St-Michel de Bellechasse. Il est décécé le 19 janvier 1940 à Ste-Germaine-Boulé et y a été inhumé le 24 janvier 1940.

Léontine Labbé, fille de Prosper Labbé et Philomène Cloutier, est née le 10 mai 1878 à St-Joseph de Beauce. Elle est décédée le 24 décembre 1928 à l’Hôtel-Dieu du Précieux-Sang de Québec et inhumée le 27 décembre 1928 à l’Enfant-Jésus.

Ils se sont mariés le 1er mai 1894 à St-Joseph de Beauce et ont eu les 12 enfants suivants : Marie-Alfréda-Jeannette (1900-1900), Edgar (1901-1901), Lionel (1902), Annette (1903), Antoinette (1904-1913), Marie-Florida-Berthe-Agathe (1906-1908), Marie-Cécile-Laurentine (1907-1908), Joseph-Achille-Charles-Edouard (1909-1909), anonyme (1910-1910), Marie-Jeanne-Éva-Juliette (1912), Germaine (1913-1913), Gabrielle (1914).

Huit (8) de leurs 12 enfants sont décédés en bas âge.

À son mariage en 1894, Arthur déclare être domicilié à Ste-Hénédine et exerce le métier de menuisier. Après leur mariage, le couple demeure et a presque tous ses enfants à L’Enfant-Jésus (Vallée-Jonction). En 1912, Arthur est ingénieur. En 1913, au baptême de Germaine, le registre indique qu’Arthur réside et travaille à St-Malachie comme contremaître. En 1914, il est de nouveau à Vallée-Jonction. En 1900, il exerçait le métier de serre-frein, employé de chemin de fer. Au recensement de 1911, il exerçait le métier de forgeron.

Aux environs de 1920, la famille déménagent à Ste-Lucie-de-Beauregard.

Veuf depuis 1928, Arthur Racine, accompagné de sa fille Juliette, est venu rejoindre à l’automne 1938, son gendre Joseph Caron et sa fille Gabrielle Racine, arrivés à Ste-Germaine en août 1938. Ils ont demeuré sur le lot 45 du rang 2 puis au village dans la maison d’Émile Morin.
Pour des ajouts ou corrections, envoyez un courriel à Richard à l'adresse: shgsgb@gmail.com